Le respect de la vie

Inhumation ou crémation?

Quelles sont vos volontés en matière de rite funéraire? Certes, il est plus motivant de réfléchir à vos prochaines vacances qu’à la façon dont vos obsèques seront célébrées. Malgré tout, il est important de ne pas négliger cet aspect dans votre testament.

Comme le choix reposera principalement sur vos considérations personnelles, évitez de laisser le fardeau de cette difficile décision à vos proches.

Concrètement, l’inhumation (enterrement du corps) et la crémation sont les deux possibilités les plus répandues. Mais comment choisir?

Voici quelques éléments qui devraient vous aider dans votre réflexion.

Inhumation

L’inhumation ou l’enterrement est le rite funéraire le plus répandu dans le monde. Il consiste à placer le défunt dans un cercueil qui sera ensuite enseveli dans une fosse ou dans un caveau, situé dans un cimetière.

Plus précisément, le corps est enterré dans une concession funéraire, un emplacement qui doit être loué pour un certain nombre d’années.

La plupart des compagnies de cimetière offrent également la possibilité de déposer le cercueil dans un enfeu, aussi appelé crypte.

Une cérémonie à l’image des croyances religieuses de la personne décédée est célébrée avant la mise en terre.

La crémation

La crémation est une pratique funéraire très ancienne qui est de plus en plus répandue. Le corps de la personne décédée est transformé en cendres dans un appareil de crémation. Ensuite, les cendres sont remises aux membres de la famille dans une urne préalablement achetée par ces derniers.

Au Québec, la Loi sur les activités funéraires détermine depuis août 2018 les modes de dispositions autorisés. En général, les familles optent pour l’enfouissement des cendres dans un lot familial, ou encore la mise en niche dans un columbarium.

Avantages et inconvénients

L’inhumation est souvent plus dispendieuse que la crémation. Dans certains cimetières, les concessions funéraires se font de plus en plus rares. Parmi les coûts, il faut prévoir notamment l’achat d’un cercueil et d’une pierre tombale.

De plus, certaines personnes voient leur processus de deuil facilité par le fait de pouvoir honorer la mémoire du défunt dans un endroit précis tel qu’un cimetière.

En ce sens, les gestionnaires de cimetière déploient énormément d’efforts pour s’assurer que les lieux soient propices au recueillement.

De son côté, le processus de crémation est généralement moins dispendieux et permet un plus large éventail de possibilités quant à la disposition des cendres.

Enfin, si l’acte de crémation est rapide et facile à organiser, la disposition des cendres peut parfois être conflictuelle si le défunt n’a rien prévu à cet effet dans ses dernières volontés.